Imagine ère

26 juin 2013

Chapitre 27 – 6ème partie

Classé sous FANTÔMES,R.J. Carré-Lapresad,ROMANS,SORCIERES,VAMPIRES — carrelapresad @ 14 h 20 min

                Je comprenais maintenant ce que nous faisions tous les deux, là, dans cette pièce lugubre et froide. Peu m’importait ! Je plongeai dans ses yeux, restés intact et d’un vert limpide. L’intensité de mes sentiments occulta totalement l’annonce de la mort et sa résurrection en cette fascinante créature.

Nous sortîmes de notre rêverie, lorsqu’une porte fut ouverte, laissant pénétrer une lumière tamisée émanant de la Lune pleine. Je me retournais et vis apparaître Lilith, suivie de Sven. Elle écarta les bras en croix, l’air satisfaite, et, déployant sa capeline de soie blanche, jubilait.

                « Théâtral, non !

                -Vous ! » Je bondis hors de l’ombre protectrice que m’offrait les bras de Declan, et me jetai au-devant de Lilith. « Je sais pourquoi nous sommes là ! Vous pensiez que nous allions échanger notre sang, par amour ou par folie… Vous avez séquestré Declan, pour le manipuler et l’affamer…

                -Tu es intelligente et rebelle. J’aime c’la. Je vais aimer te torturer.

                -Pourquoi ? »Declan s’était levé, trainant ses chaînes derrière lui, se plaçant devant moi, en protecteur.

                « Pourquoi pas ?! Tu ne vas pas faire comme ta mère, et te mettre à gindre comme elle, tu vas me gâcher mon plaisir.

                -Je ne suis pas ma mère !

                -Je sais. Tu es plus forte, plus têtue… Mais tu auras la même fin, je te le garantie.

                -Je n’en serais pas aussi sûre… »

                Un grondement nous parvint de l’extérieur. Il emplit l’espace autour de nous, bourdonnant dans les murs, faisant vibrer la terre sous nos pieds. Un regard à Lilith : Elle semblait ne pas comprendre. Je regardais Declan, dubitative, et lui-même ne savait pas ce que cela signifiait. Les pierres blanches qui constituaient l’un des murs du mausolée se mirent à vaciller. Le mortier qui les scellait entre elles s’effrita, tombant en pluie sur le sol. Le mur chancelait, s’effondrant sur lui-même, pierre après pierre. Je le vis s’ébranler : une grosse racine se frayait un chemin en-dessous des fondations, elle poussait la terre et les pierres, s’insinuant sous le mur. Celui-ci se fissura. Les pierres s’effondrèrent sur elles-mêmes. Une brèche s’était formée, par laquelle une lumière vive filtra. Je distinguai deux silhouettes. Leurs ombres s’étendaient devant moi. Elles approchèrent. Tous étaient fascinés.

                J’en profitai pour me précipiter vers les chaines de Declan, essayant de desceller des pierres qui s’effritaient. Sans résultat !

                « Sauve-toi, mon amour ! » Il me redressa, me serrant par les épaules, les yeux plongés dans les miens.

                « Pas sans toi. » Je murmurais, caressant ses joues creuses.

                Le mur ébréché s’affaissa, créant un trou béant par lequel les deux silhouettes s’infiltrèrent. Je fus stupéfaite de voir entrer Marguerite, nimbée d’une nouvelle aura vibrante et je sus qu’elle n’était plus Marguerite. Elle était suivie d’une forme vaporeuse : Keyla. Je constatai que tous, comme moi, voyaient cette apparition. Le scandinave eut même un geste de surprise en voyant pénétrée la rousse fantomatique.

« Toi ? » Sven s’était ressaisi, dardant sur elle un regard explicite.

                ‘C’est étrange comme, après tant d’années, nous nous retrouvons !’

                Je ne comprenais pas la proximité qu’il semblait y avoir eu entre eux. Peu m’importait ! Car l’ambiance était devenue électrique, au sens littéral du terme : les deux créatures faisaient maintenant face aux sorcières. Eireen, puisqu’il s’agissait bien d’elle, incarnée dans le corps de Marguerite, tenait ses mains écartées devant elle. Entre ses paumes, une lumière bleutée vibrait et crépitait.

Autour de nous, le monument s’effondrait comme un château de cartes. Un des murs près de moi était totalement tombé, créant ainsi une brèche. Un dernier regard à Declan, et je m’y faufilai. Je me mis à courir, courir, droit devant moi, sans savoir où j’allais. Tout était sombre autour de moi. Je distinguai à peine les arbres lorsque j’arrivais devant eux, et les évitais de peu. Je courais. Les brindilles craquaient sous mes pas affolés. Je courais.

 Chapitre 27 - 6ème partie dans FANTÔMES 71p9yoe31-300x227

24 juin 2013

Chapitre 27 – 4ème partie

Classé sous FANTÔMES,R.J. Carré-Lapresad,ROMANS,SORCIERES,VAMPIRES — carrelapresad @ 17 h 23 min

        « L’enfant ? »

        Je regardai Lilith, barricadant mon esprit, et lui répondis, une main sur mon ventre vide :

        « L’enfant est mort… » Sans savoir si Elle me croirait, sans la regarder, je versai une larme. Une larme pour ce que j’avais fait, une larme pour ce qu’il allait advenir. Car je savais pertinemment ce qu’il allait arriver…

        Lilith fit un geste de la main. Son acolyte avança alors vers moi, d’une démarche mesurée et oblongue, ses yeux plongés dans les miens. Je le regardai, fascinée, malgré moi, par la grâce troublante avec laquelle il allongeait son pas. J’étais focalisée sur lui, mon regard comme happé. Tous mes sens furent canalisés… Mes yeux papillonnèrent, rendant ma vision floue, comme si j’avançais dans un tunnel obscur et froid. Mon cerveau se mit à bourdonner. Je ne percevais plus rien. Rien que le bruit du tissu de son pantalon bruissant à chacun de ses mouvements ; ce chuintement emplit l’atmosphère, s’insinua dans mon esprit, envahit tous mes sens. Je me sentis étrangement mal à l’aise. Je ne distinguais plus rien, tout n’était plus que zones informes et colorées autour de moi. Puis, je sentis mes jambes vaciller…

Chapitre 27 -Les Amants du Crépuscule – 3ème partie

Classé sous FANTÔMES,R.J. Carré-Lapresad,ROMANS,SORCIERES,VAMPIRES — carrelapresad @ 17 h 23 min

        Marguerite s’était précipitée dans la chambre d’Eva, après avoir entendu le vacarme venant du rez-de-chaussée. Le nourrisson s’éveilla en sursaut. Une moue boudeuse, les larmes montaient à ses yeux. La jeune femme avança vers le lit, anticipa ses pleurs en la prenant dans ses bras aussi rapidement qu’elle le put. Avec appréhension, elle se cala dans le fauteuil, les jambes pliées retenus par l’accoudoir, formant ainsi un cocoon pour le bébé. Elle se pencha sur elle pour bercer Eva. Son aura s’étendit, enflant pour enrober l’enfant de sa douce vibration. Comme les ailes gigantesques et invisibles d’un ange, l’aura de Marguerite enveloppa Eva, la protégeant de la perception de Lilith.

Marguerite fut ramenée seize ans en arrière, à l’époque où sa maîtresse n’était qu’une jeune enfant de cinq ans. 

23 juin 2013

La suite ?

Classé sous Non classé — carrelapresad @ 21 h 15 min

Petit problème de PC… La suite, demain …

18 juin 2013

Chapitre 27 – 2ème partie

Classé sous FANTÔMES,R.J. Carré-Lapresad,ROMANS,SORCIERES,VAMPIRES — carrelapresad @ 16 h 45 min

Je venais de donner le bain à ma petite Eva. Dans la chambre, je la préparai pour la nuit : Eva était langée, et vêtue d’une adorable petite chemise de nuit. Installée dans le fauteuil, ma fille dans les bras, je lui chantai une berceuse, la berçant tendrement. Et, avec regret, je me levai pour la déposer dans son lit. Un baiser que je lui soufflai et je sortis de sa chambre.

                Je descendis les escaliers, vers la cuisine, et, avec un soupir, me préparai un lait chaud. Quand j’entendis un cri, suivi dans grand fracas. Je courus dans le salon, d’où provenait ce vacarme. J’ouvris la porte de service qui donnait sur le séjour et là, je m’arrêtai, pétrifiée. La porte d’entrée, qui je distinguais par les ouvertures en enfilade, avait volée en éclats. Ma grand-mère, à ma droite, était raide comme une statue, la tête basculée en avant, telle une poupée de cire. Et, face à moi, Lilith et son acolyte !

                L’Egyptienne avança vers moi. Elle leva le bras, avec désinvolture, et ma grand-mère fut propulsée dans les airs pour atterrir contre le manteau de la cheminée. Je la regardais s’envoler, s’écraser contre la pierre pour enfin retomber, inerte, au sol, la tête frappant lourdement les carreaux de ciment.

Lilith me sourit et, me dévisageant, ouvrit la bouche pour me demander :

                « L’enfant ? »

 

17 juin 2013

Bienvenue dans mon monde…

Classé sous R.J. Carré-Lapresad,ROMANS — carrelapresad @ 15 h 10 min

Bienvenue dans mon monde...  dans R.J. Carré-Lapresad 1017046_572345096120435_828155026_n-300x243

Chapitre 27 – 1ère partie

Classé sous FANTÔMES,R.J. Carré-Lapresad,ROMANS,SORCIERES,VAMPIRES — carrelapresad @ 12 h 09 min

Declan somnolait, recroquevillé dans le coin le plus sombre de sa geôle. Une porte s’ouvrit. Une ombre pénétra par l’ouverture et jeta une poignée de rats dans la grotte humide et aveugle. Declan déplia son corps devenu chétif et amaigri, et bondit telle une bête affamée. Les vermines grouillaient sur le sol de terre battue, tentant d’échapper au monstre qui les poursuivait, l’écume aux lèvres.

Il en attrapa un puis un second, quand les chaînes à ses poignets l’arrêtèrent dans sa course et entravèrent brusquement ses mouvements. La vibration secoua ses os et il se retrouva les genoux au sol, le corps basculant en avant. Il se redressa et s’assit mollement par terre. Il contempla les rats qui s’agitaient entre ses poings, unique repas de sa journée. Un regard autour de lui, les autres rongeurs se tenaient bien à l’écart du sort qu’attendait leur congénère. Il comprima légèrement le premier petit corps entre sa poigne et mordit dans la chair poilue. Il eut une grimace de dégoût, mais lorsque le liquide chaud coula dans sa gorge, ses veines palpitèrent et réclamèrent plus. Il se jeta sur le second, se grisant du sang âcre qui coulait dans ses veines. Puis, le liquide se tarit et l’animal se vida. Plus une goutte ! Cela ne suffisait pas, Declan en voulait encore !

Il jeta les corps sans vie et tenta d’attraper les autres bestioles qu’il sentait, tout près, longeant les murs, tapis dans l’ombre.

Un coup sec sur ses chaînes. Rien à faire ! Il hurla de rage et rampa vers son refuge, comme un animal blessé, résigné.

 

Chapitre 26 – 3ème partie

Classé sous FANTÔMES,R.J. Carré-Lapresad,ROMANS,SORCIERES,VAMPIRES — carrelapresad @ 12 h 09 min

Une semaine passa, Eva commençait à se laisser apprivoiser. Elle me laissait la prendre dans les bras et, parfois, me surprenait à attraper mon index dans sa si petite main. Je n’étais plus une inconnue. Etais-je devenue, à ses yeux, sa mère ? Ce qui était certain était que ces instants m’étaient précieux car… je tenais pour acquis l’imminence de notre séparation. Un œil toujours aux aguets, j’étais sur la défensive, prête à bondir pour protéger ma fille au moindre bruit suspect. Je comprenais maintenant l’état d’angoisse de ma mère.

Pourtant, toujours aucune trace de Declan, ni de Lilith.

 

13 juin 2013

Chapitre 26 – 2ème partie

Classé sous FANTÔMES,R.J. Carré-Lapresad,ROMANS,SORCIERES,VAMPIRES — carrelapresad @ 11 h 51 min

Chapitre 26

Je m’étais levée, après avoir mangé un peu de bouillon apporté par Marguerite, qui m’avait conduite ensuite vers la chambre de ma fille. Il s’était écoulé plus d’une semaine entre l’accouchement et le premier jour où je pus plonger les yeux dans ceux d’Eva. Et durant cette période, Marguerite m’apprit qu’ils avaient dû faire appel à une bonne, une paysanne dont le bébé, un garçon, était mort-né, à la suite d’une malformation due à une mauvaise alimentation. J’appris également qu’Indiana était introuvable depuis plusieurs jours, depuis la découverte de la mort de Philippe. Ma grand-mère avait conclu que la jeune femme s’était enfuie, après avoir égorgé son maître. J’étais maintenant veuve… Mais là n’était pas le premier de mes soucis.

Tremblante, j’avançais dans le couloir, à petits pas, vers la chambre près de la mienne, où dormait ma fille. Marguerite ouvrit la porte. J’entrais alors dans la pièce redécorée avec goût, par ma fidèle domestique et amie. Elle avait retiré de la chambre tout ce qui lui avait semblé inutile, ne laissant qu’une commode, le lit à barreaux au-dessus duquel elle avait suspendu mon voile de mariée, et un fauteuil au tissu clair. La pièce était épurée et arborait les couleurs tendres d’une fleur au printemps.

Je m’approchais lentement du lit, puis écartai le voile afin d’admirer le petit visage endormi. Mon cœur meurtri soupira sur ce petit être si fragile, aux joues roses et rebondies. Je compris que mes peines seraient apaiser et que cette enfant apprivoiserait mes colères, calmerait mes agitations. La voir me fit comprendre que j’avais fait le bon choix, celui de me battre pour apporter à ma fille une vie meilleure, sans crainte ni frayeur.

L’heure était à la joie, la sérénité.

Eva ouvrit les yeux et ses lèvres s’agitèrent, un petit bout de langue s’échappa à la recherche de la nourriture. Ne trouvant rien à porter, elle se mit à remuer et commença à pleurer. Je la pris dans mes bras, tout contre mon cœur. Sa tête pivota, attiré par l’odeur du lait maternel. Mes seins étaient lourds et douloureux mais le lait qu’ils renfermaient était sûrement impropre, par l’hémorragie qui avait suivi l’accouchement et la fièvre. C’est alors que je vis apparaitre, alertée par les pleurs de la petite, la nurse, une femme de taille moyenne à la poitrine ronde.

Elle prit Eva et se mit à l’écart pour allaiter. Sans un mot, je sortis de la pièce, dépossédé de ce privilège. J’étais frustrée !

 

Chapitre 26  -  2ème partie dans FANTÔMES 71p9yoe3-300x227

 

10 juin 2013

Images PERSONNAGES…

Classé sous VAMPIRES — carrelapresad @ 12 h 36 min

Images PERSONNAGES...  dans VAMPIRES 7b8kv3vn-209x300
blvrv469-224x300 dans VAMPIRES                              7sqpxwtz-185x300lilith-199x300

12

La p'tite mangeuse de ... |
Lelue |
commentairesetautres |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Emilythestrangeblog
| Les Balades de l'Archange
| Livre On Life